Disponibilité

La réservation se fait pour un minimum de 5 nuits, sauf en haute saison (du 1er juillet au 31 août), où la réservation se fait pour un minimum de 7 nuits.  

Nous sommes désolés, cet hébergement n'est pas disponible actuellement

Général

Villa Lale, Villa Muslim-friendly en Turquie.

Luxueuse Villa en Pierre, piscine privée, endroit calme, convient pour 5 / 6 personnes (3 chambres).

Cette fabuleuse villa turque en pierre se trouve dans une merveilleuse campagne à l’abri du trafic routier. La villa comprend trois grandes chambres (une avec lit double, une avec lits jumeaux et une avec lit une place), deux grandes vérandas extérieures et une luxueuse cuisine. La villa a été entièrement construite par des artisans locaux et la majorité des meubles proviennent des ateliers du village.

Située dans le jardin spacieux, la piscine d’1,50 m de profondeur s’entoure d’un grand espace dans lequel six personnes peuvent aisément se relaxer et où se trouve un fantastique pavillon. Le système de nettoyage de la piscine est extrêmement récent et sophistiqué et permet de n’utiliser ni chlore ni aucun autre produit chimique. Cela en fait un système totalement sain et 100% écologique.

Toutes les chambres et le salon sont équipés de l’air conditionné ainsi que d’une connexion internet de qualité professionnelle gratuite. Les communications téléphoniques internationales sont également gratuites.

La villa se situe dans un endroit reculé d’une vallée calme d’Orhaniye sur la péninsule de Bozburun.  Cela en fait une destination idéale pour les familles à la recherche de vacances relaxantes dans un emplacement privatisé. La piscine est entièrement privée sans aucun vis-à-vis et est idéale pour les personnes cherchant la tranquillité.

Heure d'arrivée

16 h

Heure de départ

10 h 30

Désolé, il n'y a pas encore d'avis pour ce hébergement.

Turquie

TurquieTourisme islamique halal en Turquie Quand on rêve de la Turquie, on imagine un narghilé fumé nonchalamment en regardant la mer bleue, des bazars pleins de tapis et d’odeurs, étincelants de cuivres et de bijoux, des criques encore sauvages baignées par une eau cristalline, des steppes semi-arides sur lesquelles veillent des cimes enneigées une longue

À voir

À voirBienvenue en Turquie ! Tous les voyageurs trouveront leur bonheur en partant visiter la Turquie : une terre chargée d’histoire, une cuisine raffinée, l’une des plus belles métropoles du monde et des paysages alternant plages de sable blanc et majestueux sommets. Voyager en Turquie, c’est marcher sur les traces de personnages historiques. Après avoir chassé les derniers héritiers de Byzance la grande, les sultans ottomans vécurent dans l’opulence du palais de Topkapı à İstanbul, entourés de richesses issues d’un empire qui s’étendait de Budapest à Bagdad. Des siècles plus tôt, les chrétiens byzantins creusaient des églises troglodytiques dans les cheminées de fée de Cappadoce et se cachaient des armées islamiques dans des cités souterraines. En d’autres temps, les Hittites érigèrent, dans la steppe anatolienne, les remparts de leur cité de Hattuşa dans la steppe anatolienne. Successeurs des colons grecs, les Romains descendirent la voie des Courètes à Éphèse, et les mystérieux Lyciens laissèrent des vestiges sur les plages de la Méditerranée. Plus près de nous, mais livrés à l’extase d’un autre monde, les derviches tourneurs propagèrent le mysticisme soufi. De grands personnages historiques vinrent également en Turquie, tels Jules César ou encore saint Paul, qui sillonna le pays à pied.

Info

Info
L’islam est présent dans la région de l’actuelle Turquie depuis la seconde moitié du xie siècle, lorsque les seldjoukides ont commencé à s’étendre depuis l’Est vers l’Anatolieorientale. C’est la religion très majoritaire de la Turquie, où l’on estime que 97, 4 %1 de la population est musulmane. Mais l’islam n’est pas religion d’État, contrairement aux pays musulmans. On estime qu’environ 80-85 % des musulmans sont sunnites, et 15-20 %2 sont chiites. Les chiites sont surtout alevis, mais il existe une petite minorité deduodécimains.
La société turque a commencé à se séculariser lors des dernières années de l’empire ottoman. La sécularisation s’est ensuite opérée à marche forcée sous Atatürk. Sous son règne, il a fait disparaître le califat, c’est-à-dire le pouvoir politico-religieux suprême de l’islam, ainsi que les symboles de suzeraineté sur tout le monde musulman. Après 1950, plusieurs dirigeants politiques ont cherché à s’appuyer sur l’attachement populaire à l’islam, qui a alors retrouvé un soutien politique. Malgré tout, dans la continuité dukémalisme, la majorité du personnel politique resta opposée à ce retour du religieux dans la sphère politique. Cette opposition politique a polarisé la société3. Dans les années 1980, une nouvelle génération est apparue, à la fois éduquée et attachée à l’islam. Elle a remis en cause la sécularisation imposée par l’État, revendiquant fièrement l’héritage islamique ottoman.

En savoir plus